Les Les
Les
Les

Les "pétroleuses"

À propos

Longtemps, au mot de « communarde » on a préféré celui de « pétroleuse », qui pourtant est une fiction. Une flétrissure misogyne qui raconte d'abord la façon dont on a dévalué, disqualifié et réprimé les femmes engagées dans la Commune de Paris au printemps 1871. En pionnière, Édith Thomas s'est attachée en 1963 à faire sortir de l'ombre ces femmes mobilisées pour la révolution sociale. Chartiste, elle a fouillé des archives fragiles et lacunaires, et excavé des traces qui n'avaient jamais été regardées comme des objets légitimes. En débusquant ce stigmate qui charrie une foule de représentations sur la violence féminine, et euphémise l'épaisseur politique de leur lutte pour déplacer les frontières de l'émancipation, l'autrice n'a pas seulement élargi l'histoire de la Commune de Paris. Elle a aussi enrichi l'histoire des féminismes.
Figure centrale de la Résistance intellectuelle sous Vichy, qui fit elle-même les frais d'une puissante invisibilisation, Édith Thomas restaure les femmes de 1871 dans une souveraineté proprement politique, aux antipodes de cette image d'hystériques du baril à quoi les ont longtemps reléguées les récits habituels ou virilistes de la Commune de Paris.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'histoire

  • EAN

    9782072879739

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    400 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    206 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Edith Thomas

  • Naissance : 23-1-1909
  • Décès :7-12-1970 (Mort il y a 51 ans à l'âge de 61 ans)

Romancière, archiviste, historienne et journaliste, Édith Thomas est née le 23 janvier 1909 à Montrouge et décédée le 7 décembre 1970 à Paris.
Éprise de vérité et de liberté, elle est une pionnière de l'Histoire des femmes. Résistante de la première heure, elle rejoint la rédaction des Lettres françaises et des éditions de Minuit, clandestines. Très tôt, ses romans sont publiés chez Gallimard. Le premier, La Mort de Marie, obtient le prix du premier roman en 1933. Son essai, Les "Pétroleuses", paraît en 1963 et le prix Femina-Vacaresco lui est décerné la même année ; c'est une seconde vie que lui offrent les éditions L'Amourier.

empty