Hans Fallada

  • Seul dans Berlin

    Hans Fallada

    Mai 1940, Berlin fête la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur. Seul dans Berlin raconte le quotidien d'un immeuble modeste de la rue Jablonski. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C'est Frau Rosenthal, Juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C'est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quangel, désespérés d'avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers.
    Aucun roman n'a jamais décrit d'aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité.

  • Textes extraits de Du bonheur d'être morphinomane.

    « Dans la rue il y a de la poulaille. 'Dégagez, bande de salopards !' je hurle, et je tire. Ils se mettent à courir, et moi aussi je cours, je remonte la rue et je tourne au coin, je longe l'autre rue. Je me dis, je peux me cacher parmi les gens ; mais ils courent devant moi, ils se jettent sur les côtés pour s'écarter, les rues se vident devant moi. Et quand je me retourne, ils sont derrière moi, une masse noire et compacte avec mille visages blancs, ils se mettent aussi à tirer. » Cinq variations sur les errances de chapardeurs en fuite et de braqueurs sans le sou par l'auteur de Seul dans Berlin.

  • Deux tendres agneaux

    Hans Fallada

    • Sillage
    • 18 Novembre 2019

    C'est dans le Berlin des années 20 que se déroule Deux tendres agneaux, conte candide, malicieux et digne du meilleur Lubitsch.

    Fallada s'y fait le chroniqueur des amours d'une ravissante jeune fille, timide mais décidée, et de son soupirant, aussi rêveur que maladroit - amours contrariées, dans l'ordre, par le délitement d'un sac en papier rempli de crevettes, un fer à repasser trop chaud, un lancer de praline, sans oublier les foudres du redoutable papa de la demoiselle, farouche partisan de la médecine par les plantes et fabricant de tisanes dépuratives.

    Les deux tourtereaux parviendront-ils à déjouer les coups que le sort leur réserve ?

  • Le cauchemar

    Hans Fallada

    Dans la campagne allemande, dans l'immédiat après-guerre, le couple Doll accueille avec espoir les troupes russes, contrairement au reste du village, terrorisé par ces « envahisseurs ». Herr Doll est un écrivain d'un certain âge, sa femme, jeune et riche, est veuve d'un premier mari. Du fait de son statut d'intellectuel, et comme il s'est toujours tenu à l'écart des nazis, Herr Doll est désigné par les Russes pour devenir maire par intérim. Mais cette nouvelle fonction plonge les Doll dans la dépression, tant ils seront confrontés à la bassesse et à la mesquinerie des villageois. Leur retour à Berlin, si longtemps espéré, ne se passe pas comme prévu. Tout n'y est que ruines et désolation. Les Doll sombrent dans une addiction à la morphine et devront s'accrocher à chaque étincelle d'humanité pour se reconstruire au milieu des décombres.

  • Le buveur

    Hans Fallada

    Erwin Sommer, citoyen estimé de sa ville, mène une vie paisible. Heureux propriétaire d'un florissant magasin de produits agricoles, il est marié depuis quinze ans à Magda. Mais une série d'échecs professionnels et de tensions grandissantes dans son couple l'entraîne à boire. Il découvre alors la plénitude de l'ivresse, les joies de la débauche et de l'oubli. Lucide sur sa dépendance et sa lâcheté, Sommer continue malgré tout, précipitant sa déchéance, à faire le choix de l'alcool.
    Écrit en 1944, Le buveur est à la fois le témoignage brûlant d'une dépendance dont Fallada lui-même ne réussit jamais à se débarrasser et la peinture réaliste et grinçante des bas-fonds de la société allemande

  • Dans ces nouvelles, Hans Fallada met en scène le quotidien d'un morphinomane. Un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer. Une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre. Un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est, finalement, si tranquille. Un mendiant vend sa salive portebonheur.
    Fallada nous offre une plongée passionnante dans son époque, qui tend un miroir singulier à la nôtre : c'est cet écho qui a guidé le choix de ces textes. Exercices d'écriture quotidiens, anecdotes ou tranches de vie au long cours, ces nouvelles sont très souvent autobiographiques.
    Elles reflètent remarquablement la diversité de l'écriture de Fallada, retraçant sa vie, ses obsessions, ses passions et ses vices, ses lubies et ses trouvailles, et son inépuisable désir de raconter le monde tel qu'il est, au quotidien, chez monsieur et madame Tout-le-monde.

  • Quoi de neuf, petit homme ?

    Hans Fallada

    Allemagne, années 30. Le Môme et Bichette - respectivement Johannes Pinneberg, petit comptable de province, et Emma Mörschel, fille d'ouvriers - s'aiment d'un amour sans nuage. Lorsqu'ils découvrent la grossesse d'Emma, ils décident de se marier sur-le-champ. Commence alors pour eux un douloureux et émouvant apprentissage : celui de la vie de famille dans une société allemande à la dérive, déchirée par la crise économique et les conflits sociaux, où les petites gens aux abois sont à la merci de profiteurs sans scrupule. Du petit village de Ducherow aux faubourgs de Berlin, de petits appartements miteux en cabanon de fortune, la vie des Pinneberg devient de plus en plus dure : précarité de l'emploi, manque d'argent, humiliations et chômage hantent peu à peu leur quotidien.
    Insatiables amoureux que l'espoir de jours meilleurs transporte à travers les pires épreuves, Emma et Johannes lutteront sans relâche contre la vague de désolation qui, inexorablement les tire vers le fond. Tout à la fois satire sociale et grand roman d'amour, Quoi de neuf, petit homme ? est considéré comme l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature allemande d'avant-guerre.

  • Its Berlin, 1940, and the city is filled with fear. At the house on 55 Jablonski Strasse, its various occupants try to live under Nazi rule in their different ways: the bullying Hitler loyalists the Persickes, the retired judge Fromm and the unassuming couple Otto and Anna Quangel. Then the Quangels receive the news that their son has been killed.

  • Berlin, 1940, and the city is filled with fear. At the house on 55 Jablonski Strasse, its various occupants try to live under Nazi rule in their different ways: the bullying Hitler loyalists the Persickes, the retired judge Fromm and the unassuming couple Otto and Anna Quangel. Then the Quangels receive the news that their beloved son has been killed fighting in France. Shocked out of their quiet existence, they begin a silent campaign of defiance, and a deadly game of cat and mouse develops between the Quangels and the ambitious Gestapo inspector Escherich. When petty criminals Kluge and Borkhausen also become involved, deception, betrayal and murder ensue, tightening the noose around the Quangels' necks .

  • .I stare at the coffee I poured myself, and I think: caffeine is a poison that stimulates the heart. There are plenty of instances of people killing themselves with coffee, hundreds and thousands of them. Caffeine is a deadly poison, maybe almost as deadly as morphine. Why didn't it ever occur to me before: coffee is my friend!' Drawing on Hans Fallada's own history of addiction, these two stories and are written with a remarkable, tough, spartan clarity. As a man desperately, haplessly tries to get enough morphine to make it through the day and a drunk embezzler struggles to get himself arrested, they are at one second crushing, the next darkly comic.


    This book includes A Short Treatise on the Joys of Morphinism and Three Years of Life.

  • Anglais A SMALL CIRCUS

    Hans Fallada

    It is summer, 1929, and in a small German town a storm is brewing. The shabby reporter Tredup leads a precarious existence working for the "Pomeranian Chronicle" - until he takes some photographs that offer the chance to make a fortune. In Kruger's bar, the farmers are plotting their revenge on greedy officials.

  • NIGHTMARE IN BERLIN

    Hans Fallada

  • Le Buveur est l'un des romans les plus personnels de l'auteur du célèbre Seul dans Berlin , Hans Fallada. Il a été écrit secrètement en 1944, alors que Fallada se trouvait en prison, présumé coupable du meurtre de sa femme. Ses propres expériences avec l'alcool et l'histoire de ses échecs répétés constituent la matière première du livre. Rien d'illégitime, dès lors, à combiner le récit de la déchéance de son héros, Erwin Sommer, un homme banal qui se met à boire à l'occasion d'une crise existentielle et entreprend de sacrifier sa femme et sa vie à son addiction, et la véritable biographie de Fallada. L'artiste allemand Jakob Hinrichs, à qui l'on doit déjà l'adaptation graphique du Traum Novel de Schnitzler, qui servit de base à Kubrick pour son Eyes Wide Shut , a méticuleusement étudié la vie et l'oeuvre de l'écrivain. Il mêle de façon convaincante la mise en lumière crue des pathologies du commis-voyageur alcoolique Sommer avec l'histoire bouleversante d'un écrivain de premier plan qui n'abandonna sa dépendance à l'alcool et à la morphine qu'à sa mort, en 1947.
    Le trait extrêmement libre et expressionniste de Jakob Hinrichs, traversé de multiples influences - de George Grosz et Otto Dix à Joost Swarte, Ever Meulen ou Henning Wagenbreth - excelle à représenter cette descente dans un enfer personnel au sein d'une Allemagne tenaillée par les tourments d'un mal infiniment plus grand.

empty